Commandez ici votre CD-rom ' Le Coude'


Le Coude - Démo

Sensation en fin de course

  • Ce terme décrit la sensation que l’examinateur ressent à la fin du mouvement. Il lui apprend quelque chose à propos de la structure qui arrête le mouvement et ceci peut donc avoir une très grande valeur diagnostique. De même, nous accordons très souvent à la sensation en fin de course une valeur thérapeutique ou pronostique. (voir schéma capsulaire)

  • Lors de l’examen des mouvements passifs du coude, nos pouvons percevoir trois types de sensation en fin de course normale :

    La 'sensation en fin de course de type ligamentaire' : : la sensation d’un tissu fortement élastique qui est mis sous tension via un bras de levier. C’est le cas lors des rotations (pronation et supination).

    La 'sensation en fin de course de type rapprochement des tissus' : c’est le cas lors de la flexion passive au cours de laquelle l’examinateur sent à quel point des tissus mous (les fléchisseurs) sont coincés entre le bras et l’avant-bras.

    La 'sensation en fin de course de type os contre os' : c’est le cas lors de l’extension passive ; l’olécrane est pressé contre la fosse olécranienne, de sorte que le mouvement s’immobilise avec un « arrêt osseux dur ».

  • Les sensation en fin de course pathologiques au niveau du coude sont les suivantes :
  • - Flexion passive trop dure avec une extension passive de type ligamentaire : : en cas d’arthrose

    - Spasme musculaire:en cas d’inflammation prononcée de la capsule articulaire – la contraction musculaire réflexe protège de tout étirement supplémentaire de la capsule fortement enflammée - voir schéma capsulaire

    - Sensation en fin de course vide: l’examinateur ne perçoit aucune sensation en fin de course parce que le mouvement ne peut être réalisé jusqu’au bout à cause d’une trop forte douleur.

    - Sensation de type rebondissante [springy endfeel] : ne sensation en fin de course à ressort : le coude fait un ressaut au moment où l’examinateur veut forcer l’articulation en fin de course.
    Ceci nous oriente le plus souvent vers un « dérangement interne » provoqué par un corps étranger .

    Copyright © 1 mei 1998 L. Ombregt [Home] [Menu de départ] [Menu principal]